Presse – Jeanne Ferron2016-12-08T16:15:22+01:00

Presse – Jeanne Ferron

« Dans La Taverne Munchausen, savante et galante joute d’improvisation Grand Siècle, on ne remarque qu’elle. Rogère de La Ferronnie, verte baronne à la langue bien pendue. Un personnage à la fois terrien et poudré, inspiré par une aïeule de George Sand, la Belle Ferronnière. « J’aime beaucoup George Sand », dit Jeanne Ferron , la comédienne. Elevée dans la Beauce, docteur en philo, premier prix de Conservatoire « à une autre époque », elle vient au conte par volonté de retourner dans les campagnes et aux histoires drôles par hasard. On l’imagine entourée d’arbres, sous un ciel encombré d’étoiles, réinventant la tragédie de Macbeth (…), ou exhumant le personnage de la Baba Yaga, figure emblématique des contes populaires russes. « Macbeth, C’est une interrogation sur le mal, tout le monde comprend cette histoire-là », glisse-t’elle. Et encore avec modestie : « J’ai un conte (sic) à régler avec les sorcières. » La diseuse tâte aussi du cinéma. Elle donne ainsi le coup d’estoc dans le court-métrage de Blandine Lenoir : Monsieur L’Abbé, implacable réquisitoire sur le désarroi amoureux. A la voir si sincère et déterminée, on ne peut s’empêcher de l’apparenter à Yolande Moreau. « Nous sommes certainement intéressées par des choses un peu semblables, des personnages dans l’ombre, qui n’ont pas les moyens de se défendre dans cette société. »
TELERAMA - Mathieu Braunstein
24 octobre 2015|
« De la bonté à la perversité maximum, Jeanne Ferron emmène son public dans une sombre histoire, avec un brin d’humour. Jeanne Ferron avec beaucoup de talent, a su retenir le souffle de ses auditeurs, transportée dans l’univers fantastique d’Edgar Poe. »
Le Journal du Centre
24 octobre 2015|
« Jeanne Ferron donne le signal au fou rire en égrenant ses histoires, déclenchant en même temps, par ondes successives, des tsunamis irrépressibles d’émotions bruyantes et hoquetantes provoquées par des zygomatiques en folie… »
G. Jourdain
24 octobre 2015|
« Un sourire, une prestance, Jeanne Ferron (…) saute, gesticule, crie et finit par son humour inédit à susciter des fous rires difficiles à réprimer dans le public ! »
LD
24 octobre 2015|
« Jeanne Ferron est une drôle de zébrette, on la dirait sortie de l’une de ses histoires »
T.D.P.
24 octobre 2015|
ut tempus risus risus. venenatis, justo non